jeudi 19 octobre 2017

> Le poème du jeudi (#23)




Maintenant, le fer nuisible et, plus nuisible que le fer, voici
l’or. Et voici la guerre, qui avec l’un et pour l’autre se bat,
agite d’une main ensanglantée ses armes qui claquent.
On vit de vols. L’hôte ne protège pas l’hôte
ni le gendre le beau-père. La bienveillance des frères est rare.
Le mari invente la perte de sa femme, la femme celle de son mari.
D’effrayantes belles-mères mélangent l’aconit pâle.
Le fils avant le temps compte les années de son père.
La piété est morte et la vierge, dernière des habitants du ciel,
Astrée, quitte les terres mouillées de meurtres.
Mais l’Éther élevé n’est pas plus sûr que les terres.
Les Géants, dit-on, abordent au royaume céleste
et posent montagnes sur montagnes, jusqu’aux étoiles.
Le Père tout-puissant, d’un trait de foudre, brise
l’Olympe, arrache le Pélion à l’Ossa qui le tenait.
Écrasés sous la masse, les corps sinistres gisent.
La terre est touchée du sang de ses enfants
et s’en imbibe, dit-on. Elle anime ce flot tiède et,
pour qu’il reste une trace de son espèce,
en fait des faces d’hommes. À son tour cette race
méprise les dieux, désire le meurtre sauvage,
se fait violente ; tu comprends, elle est née du sang.

 /

Ovide,  Les Métamorphoses, Livre I ("Les quatre âges du monde" – vers 141 à 162). Traduit du latin par Marie Cosnay. Éditions de l’Ogre. 2017.




jeudi 12 octobre 2017

> Le poème du jeudi (#22)



Mes pleurs coulaient parmi vos rires :
Ma blessure saignait en moi seul.

Ma maison est pour moi une bête féroce,
Et sans repos j'erre par les routes.

Je t'en prie,ô maître des cieux,
Aplanis les chemins sous mes pas.



Jean Amrouche, Chants berbères de Kabylie. L'Harmattan, 1988. Traduit du berbère par Tassadit Yacine.

jeudi 5 octobre 2017

> Le poème du jeudi (#21)





SANS BONJOUR NI RIEN

Ni bonjour ni bonsoir
Il ne peut pas être question
de demander son chemin à des morts

ni conte ni chanson
ni ami
rien que la neige sur le Levesou
et des fermes dents dehors
nouées
sur leur ventre pourri

D’ici de là peut-être
un homme jeune
dans un pré
aux trois quarts de sa fin



Yves Rouquette, Rouergue, si. Pierre-Jean Oswald. 1972. Traduit de l'occitan par Marie Rouanet.





jeudi 28 septembre 2017

> Le poème du jeudi (#20)




Pieuse comme la branche
ployée par tant de neiges
joyeuse comme un bûcher
sur des collines d’oubli

Sur des lames acérées
en blanches tuniques d’orties
je t’apprendrai, mon âme, ce pas d’adieu…


Cristina Campo, Le Tigre Absence, Arfuyen, 1996. Traduit de l’italien par Monique Baccelli.

jeudi 21 septembre 2017

> Le poème du jeudi (#19)





Un gazouillis jaune – des oisillons
s’envolent
de l’œil
du chat

Déjà leur pousse un duvet



Hadassana Tal, Dans un fracas de plumes, Éditions Bruno Doucey, 2014. Traduit de l’hébreu par Eglal Errera.

jeudi 14 septembre 2017

> Le poème du jeudi (#18)




UN PASSANT

Dans sa chemise un moineau
était son seul trésor
le jour où il gelait tant.
Milliers de passants
avec chacun notre pauvre figure
et celui-là je ne l’ai pas vu
s’il a passé près de moi.
C’est ça, être misérable, ô Seigneur.


Paul De Roux, Poèmes surpris, in Entrevoir, Poésie/Gallimard, 1980.

jeudi 7 septembre 2017

> Le poème du jeudi (#17)





Dans l’écho des montagnes
pas un oiseau —
je tire sur le ciel


Takaya Sôshû
In Haiku du XXe siècle – Le poème court japonais d’aujourd’hui, traduction de Corinne Atlan et Zéno Bianu, Poésie / Gallimard, 2007.