jeudi 25 juin 2020

> Le poème du jeudi (#163)




L’amour mort collé sous mes godasses


Il boit son café serré
je le serre fort dans mes bras, le café
la mouture s’émiette
je serre encore un peu, le vide, le rien
la fin
il neige des petits grains noirs à mes pieds
c’est dégueulasse, cette crasse
cette poussière d’amour mort
auquel on n’ose pas encore dire adieu
je serre, le sers et il boit son café serré
sans sucre
sans grimacer
sans me voir
sans me dire merci
il pose la tasse et s’en va travailler
sans m’embrasser
je vais chercher le balai
et ramasse l’amour mort à la pelle
il en reste toujours un peu
collé sous mes godasses

/

Marlène Tissot, in revue Métèque N°3, « Lettres d’adieu ». 2015.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire