jeudi 30 juillet 2020

> Le poème du jeudi (#168)



Triste vitesse


à l’aube
comme sa mère qui fuyait pour éviter le couteau du père
comme son grand frère qui attendait que le père tombe ivre mort pour vite lui soustraire son couteau
l’ombre d’un gamin qui passe rapidement

en y repensant
toutes les vitesses sont tristes.

/

Kim Chudae, in « Poésie coréenne contemporaine », La Tête et les Cornes, 2014. Traduit du coréen par Benoît Berthelier.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire